Canadian Forest Service Publications

Utilisation du rayonnement ultraviolet pour évaluer des populations du puceron lanigère de la pruche. 2018. Fidgen, J.; MacQuarrie, C.J.K.; Turgeon, J.J. Ressources naturelles Canada, Service canadien des forêts, Centre de foresterie des Grands Lacs, Sault Ste. Marie (Ontario). Frontline Note Technique 117. 4 p.

Year: 2018

Issued by: Great Lakes Forestry Centre

Catalog ID: 39406

Language: French

Series: Frontline Technical Note (GLFC - Sault Ste. Marie)

Availability: PDF (download)

Mark record

Plain Language Summary

La présente note décrit une procédure de collecte et de traitement sous lumière noire d’échantillons de brindilles infestées par le puceron lanigère de la pruche. Les chercheurs ont constaté que cette technique permet de déterminer dix fois plus rapidement la taille d’une population que la procédure de rupture des ovisacs. Les estimations relatives à la densité du puceron lanigère de la pruche exotique envahissant sont nécessaires aux prises de décisions si des traitements de lutte contre celui-ci sont requis ou se sont révélés efficaces. En règle générale, les ovisacs (structure dans laquelle vivent les pucerons) sont recensés sur les brindilles pour estimer les niveaux de population. Pour établir des estimations de populations précises, les ovisacs doivent être rompus pour constater si la nymphe ou le puceron adulte qu’ils hébergent est toujours vivant. Cela prend du temps. Les pucerons excrètent un produit similaire à celui des aphidés, nommé miellat. Si du miellat est présent à la surface d’un ovisac, celui-ci brillera lorsqu’il sera exposé à des rayons ultraviolets, qui peuvent ensuite être utilisés pour recenser le nombre d’insectes vivants. Lorsqu’elle respecte les conditions prescrites, cette technique peut offrir les estimations les plus précises quant aux taux de survie des pucerons.