Canadian Forest Service Publications

Potentiel d'absorption et de stockage du carbone de la forêt boréale mixte. 2019. Payne, N. Ressources naturelles Canada, Service canadien des forêts, Centre de foresterie des Grands Lacs, Sault Ste. Marie (Ontario). Nouvelles Express 84. 2p.

Year: 2019

Issued by: Great Lakes Forestry Centre

Catalog ID: 39946

Language: French

Series: Frontline Express (GLFC - Sault Ste. Marie)

Availability: PDF (download)

Mark record

Plain Language Summary

L’écosystème de forêt boréale mixte comprend des espèces d’arbres conifères et feuillus, et est un écosystème courant et répandu dans les forêts boréales canadiennes en raison de la récolte, des feux de forêt et des infestations d’insectes tels que la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Les arbres les plus souvent présents dans les peuplements de forêt boréale mixte sont le peuplier faux-tremble, le bouleau blanc, l’épinette blanche, l’épinette noire et le sapin baumier. Une étude des stocks de carbone présents dans les forêts boréales mixtes, et le taux d’accumulation de carbone dans ce type de forêt indiquaient que par rapport à d’autres types de forêts boréales, les stocks de carbone étaient généralement plus élevés, tout comme le taux d’absorption du carbone. L’accumulation de carbone était plus rapide dans une forêt d’âge moyen, et une grande partie du carbone était stocké dans le sol et les débris de la couverture morte. Les mesures de la présente étude, accompagnées de celles d’autres écosystèmes de forêt boréale canadienne, peuvent servir à prendre des décisions relativement aux pratiques de gestion suivies dans les forêts boréales canadiennes, par exemple, en ce qui concerne le repeuplement et le choix du moment de la récolte pour optimiser la séquestration du carbone et l’atténuation des changements climatiques. Il est intéressant de noter que la forêt boréale mixte compte d’autres caractéristiques désirables; pour l’exploitation forestière, la variété des espèces présentes offre souvent un avantage commercial par rapport à d’autres types de peuplements, et les feux de forêt sont moins fréquents et plus faciles à combattre dans ce type de peuplement, car ils mettent plus longtemps à se répandre. De plus, la diversité des plantes est bénéfique en raison des divers services écologiques qu’elles peuvent fournir, par rapport aux monocultures.

Authors