Publications du Service canadien des forêts

A Conceptual Framework for the Spruce Budworm Early Intervention Strategy: Can Outbreaks be Stopped? 2019. Johns, Robert C. ; Bowden, Joseph J.; Carleton, Drew R.; Cooke, Barry J.; Edwards, Sara; Emilson, Erik J. S.; James, Patrick M. A.; Kneeshaw, Dan; MacLean, David A.; Martel, Véronique; Moise, Eric R. D.;Mott, Gordon D.; Norfolk, Chris J.; Owens, Emily; Pureswaran, Deepa S.; Quiring, Dan T.; Régnière,Jacques;Richard, Brigitte; Stastny, Michael. Forests Vol. 10, Issue 10

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 39960

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.3390/f10100910

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Abstract

La tordeuse des bourgeons de l’épinette (Choristoneura fumiferana, Clem.) est le principal ravageur responsable de la défoliation du sapin baumier (Abies balsamea (L.) Mill.) et de l’épinette (Picea sp.) en Amérique du Nord. Historiquement, les infestations de tordeuses des bourgeons de l’épinette étaient gérées par une approche réactive de protection du feuillage visant à garder les arbres en vie plutôt qu’à stopper l’infestation. Or, de récents progrès théoriques et techniques ont ravivé l’intérêt pour la lutte proactive contre les populations du ravageur visant à réduire la propagation et l’ampleur des infestations, c.-à d. la stratégie d’intervention précoce (SIP). La SIP est essentiellement un programme régional qui consiste à détecter et à combattre les populations de tordeuses des bourgeons de l’épinette à la hausse (points chauds) au front d’une infestation. Dans cet article, nous présentons le cadre conceptuel de la SIP, y compris tous les éléments essentiels à la viabilité d’un tel programme. Nous décrivons les hypothèses concurrentes concernant la dynamique des populations du ravageur et abordons leurs incidences sur la façon dont nous gérons les infestations. Nous nous penchons également sur les besoins pratiques pour la réussite d’un tel programme (p. ex. surveillance des points chauds, lutte contre les populations et analyses coûts bénéfices), ainsi que sur l’importance des communications proactives avec les intervenants.